Congo (RDC)

Congo (RDC)

L’histoire de la République démocratique du Congo, le deuxième plus grand pays d’Afrique, est caractérisée par les voyages de découverte de Sir Stanley, financés de façon privée par le Roi belge Leopold II, suivis par de sinistres interventions externes, une exploitation brutale et tous les aspects de mauvaises gouvernances (Bad Governance) chroniques.Les profondes blessures de la longue guerre civile (1996-2003) avec l’intervention directe des forces militaires régionales sont loin d’être guéries malgré la présence récurrente des troupes de l’ONU et des organisations d’aide internationale. Le viol et ses conséquences de maladies sexuellement transmissibles sont une composante de la guerre larvée et de la terreur contre les populations civiles. Toutefois, la violence quotidienne peut également remonter à une culture misogyne d’avant guerre.

Les origines des conflits de ce pays, comme la rareté de la terre, le refoulement des atrocités du passé, les structures politiques mafieuses et la dépendance internationale en ressources naturelles (par exemple le coltan), sont plutôt en train de s’aggraver que de diminuer. Le fait que l’unique population de gorilles de montagne (Gorilla Beringel) dans la région, un proche parent de l’homo sapiens, pourrait s’éteindre, est plus qu’une simple tragédie symbolique – même face à l’ampleur de la douleur humaine.

Le cours de l’histoire ne peut certes pas revenir en arrière, mais la communauté internationale doit reconnaître que depuis la fin de “l’ordre mondial” bipolaire, les mariages forcés interethniques durent rarement longtemps. La menace de désintégration des états qui ne se sont pas développés organiquement, les réflexes de création d’états avec des constellations similaires, craignant les réveils de désirs sécessionnistes, et l’imitation par leurs propres minorités – ayant pour résultat le refus ou l’hésitation à la reconnaissance de nouveaux états. L’interventionnisme passé des puissances externes est suivi d’attitudes subtiles et passives de refus du présent. En revanche, une sécession partielle, pacifique ou totale des régions du Congo (ou d’autres régions d’Afrique) ne doit être ni exclue, ni considérée comme la panacée pour la création d’une nation (si cette dernière est souhaitable).

Sur la table à dessin

  • Dans l’étude TRIBUTE TO LUMUMBA ANTHILLS pose des questions dont les réponses devraient être données en premier lieu par les Congolaises et les Congolais. En fonction de ces réponses, ANTHILLS élaborera un modèle de société pour la région de l’Afrique centrale. Ce modèle devra bien sûr inclure une exploitation des ressources naturelles transparente, écologique et sociale. La communauté internationale devra être convaincue d’une approche globale et interdépendante du développement du Congo dans le but d’empêcher des attitudes d’obstruction et pour maintenir le soutien humanitaire et économique venu de l’étranger. Les Congolais ne pourront pas s’en sortir par leurs propres moyens et dépendent pour le moment de l’aide de la communauté internationale.
Print Friendly, PDF & Email

Post a comment