Energie marine

Energie marine

L’immense consommation d’énergie dans le monde est encore issue largement des ressources fossiles limitées et du nucléaire, dont les risques en cas d’accidents sont dévastateurs. Une (ré)orientation vers les sources d’énergie renouvelable et disponible est en train de s’imposer. Cet impératif planétaire exige à la fois une adaptation des techniques appliquées et des investissements dans les nouvelles technologies. L’efficacité énergétique comme l’économie d’énergie doivent être améliorées afin d’éviter les effets indésirables (effet rebond).

Nos océans sont victimes de la surpêche. Ils sont également pollués et acétifiés. La température des océans augmente et l’oxygène vient à manquer. L’interaction de ces problèmes pourrait entraîner des conséquences désastreuses sur la vie marine, comparables au phénomène similaire qui a eu lieu il y a 50 millions d’années. Néanmoins, les recherches récentes montrent que les océans peuvent être utilisés comme des sources inépuisables d’énergie mécanique et thermale. Il faut pour cela utiliser leur capacité intelligemment afin de substituer la consommation potentiellement destructive des énergies fossiles et nucléaires, et de prévenir en même temps la dégradation des océans.

Les grands espaces de l’océan Atlantique pourraient offrir à l’Europe occidental pratiquement toutes les saisons des sources d’énergie dérivées des vagues, des marées (énergie marémotrice) et du vent. Le stockage du surplus d’énergie marine et l’approvisionnement dans le réseau électrique sera un défi autant pour les industries que pour les autorités de régulation.

Visitez le site Web de l’International Conference on Ocean Energy ICOE 2012 pour des contacts intéressants.

Sur la table à dessin

  • STREAMFIELD, dont le brevet a été déposé, est un concept technique pour Deep Water Windfarming: des turbines de vent conventionnelles, très efficaces et enfoncées dans un filet de câbles, sont reliées à un mât semi-submersible, au poids stabilisé avec des profils aérodynamiques. Le système fonctionne à partir de 150 mètres de profondeur dans la mer. STREAMFIELD peut être combiné avec le stockage de la pression de l’air adiabatique sous l’eau et la “méthanisation” du CO2 relâché par le gaz et les centrales thermiques au charbon, utilisant les pipelines de gaz existant pour la distribution, et contribuant ainsi à une meilleure efficacité globale et à une meilleure rentabilité. STREAMFIELD vise à remplacer les centrales nucléaires, aussi longtemps qu’il n’y a pas de technologies nucléaires sûres. Illustration STREAMFIELD
  • SEASTALLION est une centrale de vagues facile d’entretien, qui a une longue durée de vie et dont les déchets peuvent être éliminés sur place.
Print Friendly, PDF & Email

Post a comment